mardi 26 mai 2015

UN BATTEMENT D’AILE.



Le métier d’infirmier est un métier riche d’expériences humaines de par la diversité des situations auxquelles vous êtes confrontés.
L’une des plus courantes et des plus difficiles, pour moi, est la confrontation à la mort. Une dame d’une cinquantaine d’année, avec qui vous avez lié une sincère et solide relation soignant/soigné, atteinte d’un cancer à un stade avancé. Une conversation, sommes toutes banale en buvant le café, et d’un coup cette question : ‘’je vais mourir ?.’’ Tout en vous regardant droit dans les yeux.
Comment réagir ? Que dire ?          
Moment de solitude.
Trois solutions :

1-      Etre dans le déni  – rester coi – ne pas répondre (plan astral, émotionnel). Laisser ce silence embarrassant, que l’on a tous connu, mais qui ne fait pas avancer les choses. La dame reste sans réponse lui permettant d’atténuer son angoisse et sa peur. L’infirmier est mal à l’aise. Les deux protagonistes sont frustrés.

2-      Lui mentir. Penser, pour elle et pour nous, que c’est mieux ainsi. Cela rassure tout le monde. Les deux protagonistes restent dans l’émotionnelle (plan astral), sont dans l’illusion et se voile la face de la réalité : la mort qui fait peur et angoisse.

3-      Lui dire la vérité : ‘’oui, vous allez mourir’’ ; en toute sincérité mais avec diplomatie. En restant sur les faits et en s’interdisant, dans un premier temps, l’émotionnel . (plan mental)

Vous me direz que ce n’est pas chose aisée, ni sans conséquences…
Quelques soit la solution choisie, elle est correcte.
Car, au final, que ce soit pour la dame et/ou l’infirmier tout est question de responsabilités et conséquences que nous sommes prêt à accepter.

Je vous relate cette expérience professionnelle mais dans la vie de tous les jours, sans être infirmier ou patient, nous sommes confrontés à des choix – des responsabilités donc des conséquences.
Aider cette dame à faire son chemin ? Est-elle prête à l’entendre, à prendre conscience ? Suis-je prêt à prendre cette responsabilité et assumer les conséquences pour elle et moi ? Dois-je ‘’passer la main’’ ? Admettre que je ne suis pas la bonne personne pour lui répondre ?
Chaque choix implique responsabilités et conséquences ; c’est ce qu’on appelle ‘’l’effet papillon’’.
Comme dis précédemment, tout est juste, il suffit de savoir discerner ce qui est dans mes possibilités ou pas. Savoir être assez sage pour connaitre et /ou accepter les limites de nos capacités : ce que je veux et ce que je peux …. Afin d’éviter la création d’un ouragan à l’autre bout de la terre via notre petit battement d’aile.

Séverine Leprince.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire